Rencontre avec Jérome Martiny

Par une agréable journée printanière, je me suis rendu en Ardennes ou rendez-vous était pris avec Jérome Martiny. l’occasion de faire le point, de lui poser nos questions et de profiter du cadre et du temps pour faire quelques photos.

 

 

Avant de commencer, salut à toi et merci de répondre à ces quelques questions.

Salut Chris, merci à toi et d’être venu jusqu’ici surtout.

 

 

Que fais-tu en dehors de la moto ?

Avant, je conduisais une semi-remorque, je montais des stands, je faisais beaucoup d’heure et j’étais donc souvent sur la route. Je me suis réorienté vers un autre métier, ma compagne étant enceinte et l’envie de passer du temps avec ma famille m’ont décidé.

Je suis maintenant pompier professionnel à Liège, depuis deux ans, je suis heureux de mon choix et je prends mon nouveau métier avec beaucoup de passion.

 

Si tu n’avais pas été pilote TT, tu aurais été… ?

C’est une bonne question, j’aime assez toucher à tout dès qu’il il y un moteur, un guidon ou un volant. Mais mon rêve reste de faire un Dakar, donc je me serai certainement dirigé vers le rallye-raid.

Ceci dit, cette histoire de Dakar me travaille de plus en plus, d’ici quelques années, si j’en ai l’occasion et surtout si j’ai réussi à rassembler les budgets, qui restent conséquent, j’irai au Dakar !

 

Quel est ton parcours en MX et/ou enduro ?

J’ai commencé la moto à 5 ans, mais je ne roulais pas beaucoup jusqu’à l’âge de mes 15 ans, parce que je pratiquai le judo et simplement parce qu’il y avait une condition de réussite scolaire mêlée à la pratique et que si ce n’était pas en symbiose, plus de moto jusqu’au bulletin suivant, donc je ne roulais pas souvent du tout (Rire)

Dès le lendemain de mes 15 ans, j’ai pu faire ma première course débutant 125 à l’AMPL, que j’ai gagné, donc nous sommes allés faire la deuxième course, que j’ai gagnée aussi et là, mon père a commencé un peu à laisser de côté la règle du bulletin (rire) et moi j’ai laissé tomber le judo pour me consacrer entièrement à la moto.

Je suis monté directement en junior, l’année suivante en senior, ou je faisais les 4 manches 125 et 250. J’ai été champion en 250, j’ai décroché un moment donné des 125, ça faisait un peu trop chargé.

L’année suivante, l’interB ou j’ai décrocher le titre directement, donc passage à la catégorie reine, interA sur une Suzuki RM-250 (2Tps) dans laquelle j’ai roulé deux-trois années. En 2011, je suis champion avec une Husqvarna ‘’449’’. Cette année je pratiquai aussi l’enduro.

 

Comment qualifies-tu ta saison 2016 ?

Je peux déjà dire que ma saison 2016 est réussie, je n’ai pas de blessures ! Maintenant dans le cadre purement sportif, je ne suis vraiment satisfait, mon début de championnat a été compliqué.

Première manche à Hautrage, dans des conditions que pourtant j’apprécie, bien que ce fût ‘’too-much ‘’ je suis resté bloqué dans la spéciale de la carrière, dans la remontée avec des pilotes plantés et même dans l’autre SP, il n’y avait plus de banderoles, des pilotes dans tous les sens, des trajectoires aléatoires… bref je n’ai pas aimé, un enduro à oublier !

La seconde manche à Flavion, des conditions encore estivales, j’étais encore tendu mais au fur à mesure de la saison, je me suis relâché et je termine donc ce championnat à la 6eme place et premier pilote Husqvarna…ce n’est pas si mal quand même, mais ça pouvait être mieux…

Une très bonne Chinelle, j’étais un peu frustré de ne pas être dans l’équipe officielle, mais cela m’a aussi donné de la niaque, au point où je suis allé chercher la pôle ! Il y a eu des blablas sur la légitimité de ce chrono et la manière de l’obtenir (j’aurai coupé le parcours) j’ai pris le départ et roulé roue dans roue avec Cédric (NDLR : Crémer) pendant mon relais d’1h20’ et en tête, comment mieux répondre à ses détracteurs ?!

De plus un peu plus tard, il y a eu une pénalité pour énormément d’équipe suite à un passage ‘’modifié’’ et nous, nous n’avons pas été concerné… Bref, fin de l’histoire !

Notre Chinelle se termine à la 5eme place, malgré avoir cassé une roue, on espérait un peu mieux vu notre place au départ, mais nous sommes contents tout de même.

Hors compétition, j’ai eu mon petit garçon et ça, c’est merveilleux, c’est le plus beau des cadeaux !

 

Y a-t-il du changement de ton coté niveau moto (marque, cylindrée, concess) ?

Alors là, oui ! C’est l’année du changement (Rire)

La marque ne change pas, je reste fidèle à Husqvarna, par contre, la cylindrée oui, j’ai pris une ‘’petite’’ 250 4Tps, j’ai envie de m’amuser et surtout de faire plaisir au public avec un pilotage adapté (Rire)

Pour le concessionnaire, je change également. Suite à l’arrêt de Lejeune Moto Sport, j’ai décidé de faire confiance à Damien Anquety de Anquety Motor Sport qui a repris la concession Husqvarna à Vielsalm.

A l’heure où je vous parle, j’ai reçu ma moto, qu’il a fallu adapter pour moi, je suis lourd et nous avons dû travailler un peu sur certains points et je peux dire quelle est vraiment agréable et que la saison va très bien se passer, Damien à fait du bon travail, il est super motivé, il va d’ailleurs venir sur tous les enduros et j’ai hâte de ‘’jouer’’ et m’amuser à son guidon.

 

Pourquoi ce changement / pourquoi rester fidèle ?

Pour la cylindrée, comme je l’ai dit, j’ai envie de me faire plaisir, je ne veux plus me ‘’prendre la tête’’ ou me mettre une pression inutile mais j’ai surtout envie de rouler et d’être spectaculaire pour mes fans et le public

La fidélité, pour moi, c’est ce que paie le plus, pour le futur, pour les relations, …

 

Penses tu apporter des changements pour la saison 2017 ? Préparation, logistique, approche ,… ?

Je fais beaucoup de physique pour le moment, essentiellement du cardio depuis cet hiver, plus que par le passé.

Pour le reste rien ne change, j’ai ce qu’il me faut et mon package me convient.

 

Quelles sont les épreuves prévues à ton programme 2017 ?

→ Le Val de Lorraine pour débuter la saison et se mettre en jambe

→ Le championnat belge d’enduro dans son intégralité

→ Les box, j’ai gagné les deux dernières saisons et c’est un truc qui me plaît vraiment bien !

→ Les BEX, un ou l’autre, si les dates conviennent.

→ Des cross, s’il me reste des week-ends libres

 

Quelle serait ta saison idéale par rapport à ton programme ?

Ma saison idéale ? Faire au moins aussi bien qu’en 2016, voire mieux en BEC, une aussi bonne Chinelle, regagner tous les BOXC et surtout regagner à Honville, je me suis fait taxer cette année et ça me fait bien ch*** (Rire)

 

 

Ton meilleur souvenir (de tous) ?

Ouf, il y en a pas mal… Mais je pense que ce sont les ISDE en Argentine! Pour l’ambiance, on roule dans le désert, dans les dunes, on a vu des paysages qu’on ne verra peut-être jamais plus…

Et on en revient à ma passion du Dakar avec tous ces ingrédients.

 

Ton pire moment (de tous) ?

Il n’y en a pas un en particulier, ce sont toutes ces blessures, différentes, qui font autant mal l’une que l’autre et dont on se passerai bien toutes et tous

 

Comment vois-tu ton avenir et celui de la discipline à court, moyen, et long terme ?

Il est malheureux de constater qu’il n’y a pas grand monde qui se bat ou se bouge pour faire évoluer les choses dans notre pays ! les rares qui essaient, font leur maximum contre vent et marées et dans les difficultés.

Cette année, leurs efforts ont l’air de porter leurs fruits, on rajoute des courses, mais j’ai peur qu’à long terme, on en soit réduit à des enduros sprint ou des endurances, parce que ce sera toujours de plus en plus compliqué d’avoir les autorisations, etc… pour faire de vrais et beaux enduros !

 

Combien de temps te vois-tu continuer à pratiquer ce sport ?

Voilà encore une bonne question, je vois que chaque année je deviens toujours plus vieux (Rire) mais je compte bien rouler le plus longtemps possible, toujours suivant la santé, la motivation, la passion et les aides apportées…

Maintenant, on ne sait jamais, si mon petit garçon embraye et semble se diriger vers la moto, je stopperai pour me consacrer à lui et son évolution. Mais bon, step by step !

 

Quels sont tes sponsors et aides pour la saison ?

→ Husqvarna Belgique (Stéphane Minne)

→ Anquety Motor Sport à Vielsalm

→ Lazer (Cédric Mélote)

→ Sidi (IP Store)

→ JT Suspension

→ art

→ Et bien sûr, tous mes sponsors privés actuels que je ne vais pas citer de peur d’en oublier mais bien présent! Et les nouveaux qui se finalisent.

 

As-tu des personnes à remercier, à mettre en lumière ?

→ Ma famille, mon père me suit sur toutes mes courses, ma soeur et son compagnon sont souvent présent aussi.

→ Ma compagne Cynthia, qui me laisse partir tous les week-ends, qui s’occupe du petit et qui vient me voir quand le temps le permet.

→ Jean Louis Kreischer, le fidèle qui m’accompagne partout ou presque et m’apporte son soutient et son aide sur place pour tout un tas de choses.

→ Absolument tous mes sponsors sans qui je ne pourrai pas pratiquer mon sport à ce niveau.

→ Mes amis et fans qui sont très souvent en bords de piste et qui m’encouragent.

Sans vous oublier, les médias, Chris pour Enduriste.be et Fred pour beenduro.com pour votre suivi, vos articles, vos photos et la passion que vous apportez à notre sport si peu médiatisé dans notre pays.

 

 

Merci d’avoir joué le jeu et d’avoir répondu à mes questions, je te souhaite une excellente saison 2017.

Merci à toi, même si tu n’es pas venu avec des bières bien fraîches pour la fin de la session, tout se perd! (Eclats de rire)

PS: Jérome est prêt à scratcher en toute simplicité et sérieux en 2017…

 

Bonus: Vidéo de la SP1 de l’enduro de Dinant, du temps ou il était possible d’utiliser une ActionCam en Belgique et que Jérome avait accepter de porter. 

 

 

Christophe   Chris pour Enduriste.be

 

%d blogueurs aiment cette page :